Rhian Sugden se dévoile, se déshabille

Home/Publicité, Videos/Rhian Sugden se dévoile, se déshabille

Rhian Sugden se dévoile, se déshabille

Chaque semaine EM3C vous propose de découvrir « l’image en folie », une sélection de publications d’artiste, photographe ou de publicité qui a attiré notre attention.

Rhian Sugden se dévoile

Ce contenu peut choquer.

 

Cette semaine nous mettons à l’honneur la très célèbre top modèle de lingerie, Rhian Sugden dans une vidéo ou elle dévoile sa vraie nature, enfin presque, cette vidéo entre dans le cadre de la campagne de sensibilisation et de prévention du cancer chez les hommes.

Rhian Sugden contre le cancer de la prostate

Chaque année en France, plus de 40 000 hommes sont touchés par le cancer de la prostate. Le nombre de nouveaux cas annuels est estimé à environ 36,5 pour 100 000 hommes. Ainsi, un homme environ sur 9 présentera une forme clinique de cette maladie au cours de sa vie. En réalité, ce cancer apparaît rarement avant 40-50 ans et la plupart des cas sont constatés entre 60 et 90 ans. L’âge moyen de détection de cette tumeur est de 71 ans.

Symptômes du cancer de la prostate

Le plus souvent, le cancer de la prostate n’occasionne pas de troubles urinaires car il se développe en périphérie de la prostate et ne comprime pas l’urètre. Il peut cependant arriver que certains troubles se manifestent, en particulier à un stade avancé. Les symptômes sont alors semblables à ceux de l’adénome prostatique (affection bénigne, bien plus fréquente que le cancer) :

  • fréquence anormale des besoins d’uriner, surtout la nuit ;
  • besoin urgent d’uriner ;
  • difficulté à émettre les urines : temps d’attente, jet faible, évacuation incomplète ;
  • blocage complet ;
  • douleurs en urinant ;
  • présence de sang dans l’urine ou le sperme ;
  • éjaculations douloureuses ;
  • troubles de l’érection.

Effets indésirables

Les effets indésirables de la chirurgie sont liés à l’atteinte des nerfs qui contrôlent l’érection et/ou des nerfs qui contrôlent la vessie. On constate donc des risques d’incontinence urinaire, souvent transitoire sur quelques semaines (7 à 25% des cas) et surtout des risques d’impuissance sexuelle pouvant être permanente (40 à 80% des cas).
S’il est délicat de préserver les faisceaux nerveux au cours d’une prostatectomie, les interventions sont de plus en plus sélectives et respectent au mieux l’intégrité nerveuse.

By | 2017-06-12T09:18:20+00:00 03-mars-2014|Categories: Publicité, Videos|0 Comments

Laisser un commentaire

Send this to friend